•  
    J'ai vu une boîte aux lettres sur un cimetière
    JOURNAL :
    Quel grand papier que la terre; - quels
    caractères que le Jour; - quelle encre que la nuit ! -
    Tout le monde imprime, tout le monde lit; personne ne
    comprend.
    - Le suicide est le
    doute allant chercher le vrai
    - L'homme commet une faute en naissant, celle de naître

    - La folie, c'est la mort avec des veines chaudes


    votre commentaire
  • Parmi les tombeaux froids et blêmes,
    L'oeil alangui d'adieux suprêmes,
    S'exhale et tourbillonne en l'air,
    Douloureuse et vague fumée
    Du sépulcre humide exhumée,
    Le spectre imploré qui m'est cher.




    Sous le bleuâtre clair de lune,
    Laissant couler dans la nuit brune
    Ses larges pleurs en rayon clair,
    La morte, funèbre endormie,
    M'a dit de lèvre blêmie
    Où perlait aux deux coins un ver :


    " Une légende ardente et sombre
    Veut que des sépulcres pleins d'ombre,
    Où gisent les défunts amours,
    Des fleurs sanglantes et vermeilles
    Jaillissent à minuit pareilles
    Au rouge espoir des anciens jours..."



    votre commentaire
  • Ma belle amie est morte,
    Et voilà qu'on l'a porte
    En terre, ce matin,
    En soulier de satin.


    Elle dort toute blanche,
    En robe du dimanche,
    Dans son cercueil ouvert
    Malgré le vent d'hiver.

    Creuse, fossoyeur, creuse
    A ma belle amoureuse
    Un tombeau bien profond,
    Avec ma place au fond.

    Avant que la nuit tombe
    Ne ferme pas la tombe;
    Car elle m'avait dit
    De venir cette nuit,

    De venir dans sa chambre :
    " Par ces nuits de décembre,
    Seule, en mon lit étroit,
    Sans toi, j'ai toujours froid."

    Mais, par une aube grise,
    Son frère l'a surprise
    Nue et sur mes genoux.
    Il m'a dit : "battons nous.

    Que je te tue. Ensuite
    Je tuerai la petite."
    C'est moi qui, m'en gardant,
    L'ai tué cependant.

    Sa peine fut si forte
    Qu'hier elle en est morte.
    Mais, comme elle m'a dit,
    Elle m'attend au lit.

    Au lit que tu sais faire,
    Fossoyeur, dans la terre.
    et dans ce lit étroit,
    Seule, elle aurait trop froid.

    J'irai coucher près d'elle,
    Comme un amant fidèle,

    Pendant toute la nuit
    Qui jamais ne finit.


    votre commentaire
  • J'ai beau me fuir, je ne m'évite pas, et je
    porte avec moi le regret

    D'un amour trompé, et le terrible ennui d'être en
    dessous de moi-même.

    Je suis comme un mort qui se souviendrait de la vie...


    votre commentaire
  • Pour guide nous
    avons une vierge au teint pâle

    Qui jamais ne
    reçut le baiser d'or du hâle

    Des lèvres du soleil.
    La joue est sans couleur et sa bouche bleuâtre,
    Le bouton de sa gorge est blanc comme l'albâtre,
    Au lieu d'être vermeil.

    Un souffle fait plier sa taille délicate;
    Ses bras plus transparents que la jaspe ou l'agate

    Pendent languissament;

    Sa main laisse échapper une fleur qui se fane
    Et, ployée à son dos, son aile diaphane
    Reste sans mouvement.

    Plus sombresque la nuit, plus fixes que la pierre,
    Sous leur sourcil d'ébène et leur longue paupière

    Luisent ses deux grands yeux;

    Comme l'eau du Léthé qui va muette et noire,
    Ses cheveux débordés baignent sa chair d'ivoire
    A flots silencieux.

    Des feuilles de ciguë avec des violettes
    Se mêlent sur son front aux blanches bandelettes

    Chaste et simple ornement;

    Quant au reste,
    elle est nue, et l'on rit et l'on tremble

    En la voyant venir; car elle a tout ensemble
    L'air sinistre et charmant.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique